Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 25 mai 2015
Chercher du sens à la vie devant la mort

J’ai appris hier qu’une bonne amie, qui du reste n’a pas eu une année facile, vient de perdre son père. Pourquoi mentionner cela ici ? Parce que la perte d’un être cher provoque une telle onde de choc dans les cerveaux humains des proches de la personne disparue qu’un site web qui aspire à parler du cerveau « à tous les niveaux » serait bien mal venu de ne pas considérer comme fondamental cet aspect de l’expérience humaine. Un aspect qui soulève immédiatement un problème difficile, encore plus que celui de la conscience (bien qu’en découlant) : le problème du sens, de la signification de l’existence humaine.

Et donc en cherchant ce matin un sujet pour mon billet hebdomadaire sur ce blogue, mon regard survolait les dizaines d’études amassées dans mon dossier pour leur intérêt certain en sciences cognitives sans qu’aucun ne me donne pourtant le goût d’écrire. Tous me semblaient « hors sujet » par rapport à ce qui me trottait dans la tête. Jusqu’à ce que mon regard accroche sur ce titre d’un résumé de Deric Bownds d’il y a six mois : « E.O. Wilson and « The Meaning of Human Existence » ». (Lire la suite…)

Du simple au complexe, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Lundi, 18 mai 2015
Intégration et conscience : jamais deux sans trois !

Parfois, en science, la complémentarité entre certaines expériences, si elle ne prouve rien, n’en pointe pas moins dans une direction assez évidente. C’est le cas de l’étude qui m’a été signalée par un lecteur du blogue (merci Pascal R.!) après que j’eus publié récemment deux billets sur le type de connectivité neuronale associé à la conscience. Avant de vous la résumer rapidement (car je commence tard aujourd’hui, ayant dû souligner les 20 ans du décès d’Henri Laborit dans un autre site, voir le premier lien ci-bas), je rappelle les conclusions des deux autres études. (Lire la suite…)

Dormir, rêver... | Pas de commentaires


Mercredi, 13 mai 2015
La complexité à pied : quand le Mont-Royal devient votre cerveau !

MISE À JOUR VENDREDI 15 MAI : étant donné les prévisions météos de 60% de risques d’averses demain samedi le 16 et du soleil pour dimanche le 17, veuillez noter que la randonnée aura lieu LES DEUX JOURS, SAMEDI ET DIMANCHE À 14h, pour offrir plus de choix et ne pénaliser personne !

Voici un billet spécial pour vous signaler la tenue d’un événement non moins spécial qui aura lieu samedi prochain le 16 mai à 14 heures : une randonnée pédestre au Mont-Royal considéré comme un modèle géant de votre cerveau !

Organisé dans le cadre du cours « Les trois infinis : le petit, le grand et le complexe » de l’UPop Montréal, il se veut pour ainsi dire un complément à la séance de lundi dernier que j’ai eu le plaisir de donner sur l’infiniment complexe. L’UPop Montréal étant le lieu de toutes les expérimentations, elle a appuyé ce fantasme un peu fou que j’ai depuis longtemps d’offrir ce qui est à ma connaissance la première randonnée guidée à l’intérieur d’un (modèle de) cerveau humain !

À l’origine de ce projet, un constat évident: la forêt, avec ses arbres aux branches et aux racines entremêlées, constituent l’une des métaphores les plus justes pour décrire l’intrication des dendrites et des axones des assemblées de neurones à l’œuvre dans la genèse de notre pensée. (Lire la suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Lundi, 11 mai 2015
La dynamique des réseaux complexes éclaire la perte de conscience associée au sommeil

En préparant ma présentation de ce soir sur l’infiniment complexe (voir le premier lien ci-bas) où je tenterai de montrer comment les 100 milliards de milliards de milliards de quarks et d’électrons qui forment un être humain lui permettent de prendre conscience de lui-même et du cosmos qui a rendu possible son existence (rien que ça…), je suis retombé sur un billet écrit ici il y a un mois sur la conscience comme dissolution temporaire des réseaux fonctionnels du cerveau. (Lire la suite…)

Dormir, rêver..., L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Lundi, 4 mai 2015
Sept tendances actuelles dans la recherche en sciences cognitives

Micah Allen, qui fait actuellement un post-doctorat à University College London, anime le blogue «Neuroconscience» sur les sciences cognitives qui reflète son parcours éclectique (psychologie, philosophie, neuroscience, etc). Suivant de près les grandes tendances dans ce vaste domaine, il a proposé il y a deux semaines une liste de 7 domaines de recherche qui lui paraissent avoir le vent dans les voiles depuis un certain temps. Il précise qu’il s’agit de choix subjectifs et pas nécessairement de nouveaux concepts, mais que la façon dont ces sujets sont mis de l’avant actuellement.

À la veille d’une présentation sur l’aspect infiniment complexe du cerveau humain que j’aurai le plaisir (ou la douleur ?) de donner à l’UPop Montréal lundi prochain le 11 mai (voir le premier lien ci-bas), j’ai pensé qu’il serait intéressant de résumer ici très brièvement quelques approches actuelles en sciences cognitives pour tenter d’appréhender cette complexité. (Lire la suite…)

De la pensée au langage, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires