Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 30 juin 2014
Préserver notre corps et notre cerveau des maux de la civilisation

Notre espèce a évolué durant plusieurs centaines de milliers d’année dans de petits groupes de chasseurs cueilleurs se déplaçant dans la nature. Ce n’est que depuis seulement une dizaine de milliers d’années que nous avons formé des villages, puis de villes. Aujourd’hui, une grande partie de l’humanité vit dans des mégapoles et travaille dans des usines ou des bureaux sans grand contact avec la nature. Pire, nos véritables contacts avec les autres êtres humains deviennent de plus en plus virtuels, sans trop de liens affectifs.

C’est donc un cerveau et un corps façonnés dans un environnement naturel très différent du nôtre qui ont dû, dans un temps très court à l’échelle de l’évolution, faire face à un changement d’environnement radical. Et il semble que plus ce mode de vie urbain s’éloigne de celui de nos ancêtres chasseurs cueilleurs, plus notre santé physique et mentale en souffre.

C’est ce que soutient John Ratey, co-auteur du livre “Go Wild: Free Your Body and Mind from the Afflictions of Civilization”, interviewé par Ginger Campbell dans le dernier épisode de son podcast “Books and Ideas”. Ratey y présente quelques grandes idées développées dans son livre comme le fait que nous sommes avant tout une machine faite pour bouger, et non pour seulement penser. La nourriture industrielle bien trop riche en sucres et en graisses ainsi que la dévalorisation du sommeil dans un monde stressé et obsédé par la productivité sont ensuite convoquées au banc des accusés. L’importance de relations sociales riches et même de pratiques comme la méditation permettant de se soustraire aux sollicitations de toutes sortes de notre monde dit civilisé est aussi abordée.

Ces thèmes rejoignent d’ailleurs tout à fait les facteurs de prévention connu pour ralentir la progression de l’Alzheimer ou le simplement le déclin naturel de certaines facultés cognitives avec l’âge. Bref, un bon podcast à écouter durant les vacances, période propice aux évasions dans la nature qui brise la routine et facilite l’adoption d’habitudes de vie plus saines.

i_lien “Go Wild” with Dr. John Ratey (podcast)

Le bricolage de l'évolution | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.