Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 21 avril 2014
Décès du célèbre patient amnésique “K.C.”

Il était pratiquement aussi célèbre que Henri Molaison, le fameux patient « H.M. » étudié pendant des décennies, entre autres par Brenda Milner, à Montréal, et décédé en 2008. Le patient « K.C. », de son vrai nom Kent Cochrane, vient quant à lui de nous quitter à l’âge de 62 ans le 27 mars dernier.

K.C., qui a grandi en banlieue de Toronto, n’avait pas eu comme H.M. les deux hippocampes chirurgicalement enlevés pour cause d’épilepsie. Lui, c’est plutôt un accident de moto en revenant de travailler, alors qu’il avait 30 ans, qui avait gravement endommagé son cerveau (dont ses deux hippocampes).

Mais comme H.M, K.C. s’est retrouvé avec un déficit mnésique très profond: une amnésie antérograde totale et une amnésie rétrograde graduelle. Cela veut dire qu’il ne pouvait pas emmagasiner de nouveaux souvenirs ni se rappeler de son passé juste avant l’accident (mais plus on remontait dans le temps avant l’accident, plus il avait de souvenirs).

Sa mémoire explicite était grandement affectée, mais pas tout à fait comme le patient H.M. Kent Cochrane réussissait par exemple à stocker dans sa mémoire de nouvelles connaissances sur le monde puisqu’il savait ce qu’était le SIDA ou Internet quand on lui en parlait, deux concepts qui sont apparus dans la culture populaire après son accident en octobre 1981.

C’est d’ailleurs ce qui a permis à Endel Tulving, qui a beaucoup travaillé avec K.C., d’établir une distinction entre la mémoire épisodique et la mémoire sémantique, les deux grandes subdivisions aujourd’hui reconnues de la mémoire explicite (ou déclarative). Tulving infirmait du même coup l’idée d’un lieu unique pour le stockage de nos souvenirs dans le cerveau, au profit de multiples systèmes faisant appel à différentes structures cérébrales en réseaux.

d_lien L’homme sans passé : Décès de l’homme sans mémoire
i_lien Toronto amnesiac whose case helped rewrite chapters of the book on memory dies
i_lien Kent Cochrane
i_lien Endel Tulving

Au coeur de la mémoire | 1 commentaire


Un commentaire à “Décès du célèbre patient amnésique “K.C.””

  1. lependu dit :

    j’ai ue amnésie importante qui a commencé par 2 syncopes (épilepsie ? car contraction des jambes),6 jours après une anesthésie locale potentialisée. ex je suis très intéressée par l’actualité mais ne me souvznait pas du 1er ministre, ni que j’avais voté, ni de mon médecin traitant, j’ai oublié que je suis partie en vacances,d’opérations bancaires, … par contre si je pose beaucoup de questionsn souvent une partie revient. j e me perds dans mon quartier où je vis deuis 28 ans. Cest très dérouyany pour moi et mon entourage, et handicapant, on cherche les causes