Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 25 mars 2013
Richesse et complexité structurale du neurone

La plupart des billets de ce blogue résument des études récentes sur les sciences cognitives en tentant de les rendre accessibles, notamment grâce aux hyperliens vers des pages choisies du Cerveau à tous les niveaux. Une autre de ses fonctions est aussi d’attirer simplement l’attention sur des ressources existantes sur différents aspects des neurosciences. C’est le cas du billet d’aujourd’hui sur le neurone et sur les travaux de Kristen Harris et ses collègues pour en faire connaître toute la complexité (voir les deux premiers liens ci-bas).

Les neurones sont comme n’importe quelle autre cellule de notre organisme, mais avec deux spécialisation caractéristique qui leur permettent d’assurer leur fonction de communication : un long prolongement, souvent unique, appelé axone; et de multiples branches, généralement plus courtes, appelées dendrites. La combinaison des différentes tailles et formes des axones et des dendrites forment des centaines de types et de sous-types de neurones, parfois esthétiquement remarquables. Un catalogue qui continue d’augmenter jour après jour grâce à des techniques de coloration toujours plus sophistiquées.

La forme d’un neurone particulier est grandement déterminée par son pattern de connexion avec les autres neurones, qui lui-même dépend de la fonction de la voie nerveuse en question. Tout cela se met en place durant le développement embryonnaire d’abord, puis durant nos interactions constantes avec l’environnement. Les voies nerveuses peu sollicitées étant peu à peu éliminées, et celles qui servent souvent renforçant leurs connexions, allant même jusqu’à modifier la microstructure complexe des épines dendritiques (voir le vidéo du premier lien) pour que le contact synaptique entre deux neurones devienne plus intime.

Et ce qui donne le plus le vertige, ce n’est pas tant la sculpture tridimensionnelle unique et archi-complexe de chaque neurone, mais de savoir qu’il y en a environ 85 milliards d’autres qui le côtoient, dont des centaines ou des milliers qui interagissent avec lui…

d_lien Waltz through hippocampal neuropil
a_lien SynapseWeb – Anatomy
i_lien Neurons: A Curious Collection of Shapes and Sizes

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.