Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 22 octobre 2012
Suivre et faire des liens

Notre cerveau est une machine à faire des liens. Internet aussi. Ce billet en témoigne…

Disons d’abord que ce qui est bien quand un site web a la chance d’exister depuis une décennie sur Internet (et l’on espère y être pour au moins une autre, si l’on peut régler nos petits soucis financiers actuels, voir la colonne ci-contre), c’est que des « habitué.e.s » ont la gentillesse de vous envoyer à l’occasion des liens pertinents sur votre domaine d’étude.

C’est ainsi qu’on nous signalait il y a quelques jours l’excellent petit vidéo introductif du premier lien ci-bas sur l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et l’imagerie par tenseur de diffusion, deux techniques modernes qui permettent de voir le cerveau « en action » et de visualiser ses innombrables voies nerveuses.

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, les suggestions automatiques d’autres vidéos sur des sujets similaires dans la colonne de droite de ce site de vidéos proposaient deux séries de cours données par le Dr. Stanislas Dehaene au Collège de France à l’hiver 2010 et 2011.

La première série s’intitule « Introduction à l’étude expérimentale de la conscience » et aborde plusieurs aspects de ce domaine de recherche relativement récent mais dont les neurosciences fournissent des modèles prometteurs. Le premier cours de cette série, qui s’ouvre avec une illusion d’optique tout à fait surprenante et encore non expliquée, s’attarde à faire le ménage, pour ainsi dire, entre différentes approches philosophiques et issues de l’apport des sciences cognitives au sens large. La deuxième série de conférence porte pour sa part sur « L’introspection, la métacognition et la conscience de soi », des thèmes qui rejoignent ceux de la récente école d’été sur la conscience organisée par l’Institut des sciences cognitives (ISC) de l’UQAM.

Question d’avoir de la suite dans les idées, signalons le site GoCognitive (le lien suivant ci-bas) que m’a fait connaître il y a quelque jours… le directeur de l’ISC ! On y trouve de nombreuses interviews de spécialistes de différents domaines des sciences cognitives, ainsi que des démos animés de nombreux paradigmes expérimentaux classiques.

Parmi ces démos (et ce sera le dernier lien de ce billet !), il y en a un sur la « cécité aux changements » (« change blindness », en anglais), phénomène dont va parler ce soir même la troisième séance du cours Parlons cerveau de l’UPop Montréal, une séance intitulée : « Pourquoi notre cerveau pense tout croche ? » Comme ce cours le montrera, le fait que notre cerveau a une longue histoire évolutive et qu’il fonctionne grâce à un corps situé dans un environnement n’est pas sans conséquences. Cela me fait d’ailleurs penser à… Bon d’accord, je crois que je vais m’arrêter là pour cette semaine !

d_lien Vidéo : Le cerveau à nu
i_lien Introduction à l’étude expérimentale de la conscience
i_lien L’introspection, la méta-cognition et la conscience de soiScience
i_lien Go Cognitive
d_lien Change Blindness
i_lien Parlons cerveau

L'émergence de la conscience, Le bricolage de l'évolution | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.