Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 8 octobre 2012
Notre cortex frontal se démarque même au niveau génétique

Bien des recherches en neuroscience visent, au fond, à découvrir ce qui fait que nous sommes si différents des autres espèces animales, en particulier de nos cousins les grands singes. C’est le cas des travaux de Genevieve Konopka et de son équipe qui viennent  de publier des résultats intéressants sur le lobe frontal, cette région de notre cortex dont on sait déjà qu’elle nous distingue des autres mammifères par sa plus grande surface (29% du cortex chez nous, contre 17% chez le singe rhésus, 7% chez le chien et 3,5% chez le chat).

Konopka et son équipe ont travaillé au niveau de l’expression des gènes des différents neurones qui composent ce cortex frontal chez l’humain. En comparant les gènes qui étaient exprimés (donc actif) dans le cortex frontal humain avec ceux du cortex frontal de chimpanzé et de maquaque, les généticiens ont constaté que de nombreux gènes s’exprimaient de manière spécifique dans le cortex frontal humain versus celui des deux autres primates.

Cette distinction dans l’expression génétique des neurones du cortex frontal ne se retrouvait cependant pas dans une autre structure cérébrale examinée chez le trois espèces, le noyau caudé, où le pattern d’expression des gènes semblait être en grande partie demeuré le même au cours de l’évolution.

Ces données démontrent donc que les neurones de certaines structures cérébrales particulières ont eu leur réseau de transcription génétique remodelé par l’évolution à un rythme plus accéléré que d’autre, donnant une piste de plus pour comprendre la spécificité de l’espèce humaine.

*

Une autre étude parue récemment et impliquant certains des mêmes scientifiques qui ont écrit l’article précédent se concentre sur un autre phénomène génétique fascinant : la métylation de l’ADN. (voir les 3e et 4e liens ci-bas). Il s’agit de modifications « épigénétiques », c’est-à-dire qui ne concernent pas directement la séquence de nucléotides de l’ADN, mais plutôt certains composés qui viennent s’y greffer au cours de la vie d’un individu et qui peuvent même se transmettre de génération en génération, venant ajouter une complexité nouvelle à l’hérédité.

En gros, les auteurs de cette autre étude observent un taux de méthylation de l’ADN plus bas dans le cerveau humain que dans celui du chimpanzé. Cela les amène à soulever plusieurs questions, notamment au niveau des vulnérabilétés à des maladies comme le cancer ou de nombreux troubles mentaux que l’on retrouve à un moindre degré chez notre cousin primate.

i_lien Increased complexity in certain regions sets apart human and chimp brains
a_lien Human-Specific Transcriptional Networks in the Brain
i_lien Some chimp-human differences are epigenetic
a_lien Divergent Whole-Genome Methylation Maps of Human and Chimpanzee Brains Reveal Epigenetic Basis of Human Regulatory Evolution

Du simple au complexe, Le développement de nos facultés | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.