Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 18 juin 2012
Plus de lumière le jour, moins endormi le soir

En ce début de la semaine où les journées seront les plus longues de l’année (dans l’hémisphère nord), profitons-en pour signaler les conclusions d’une étude que publiait en février dernier la revue spécialisée Behavioral Neuroscience. Celle-ci rapportait que les gens qui passent plus de temps exposés à un bon éclairage durant la journée sont plus alertes le soir venu que ceux qui ont reçu moins de lumière. Voilà le genre de résultat qui n’est peut-être pas la surprise du siècle, mais qui confirme ce à quoi on pouvait s’attendre de manière rigoureuse.

La majorité des publications scientifiques, en effet, ne provoquent pas de renversement de paradigme ou n’alimentent pas nécessairement de grands débats animés, comme celui impliquant la mélanopsine, pour prendre un exemple dans le domaine qui nous intéresse ici, celui de nos rythmes circadiens.

Il s’agit plus souvent de contrôler différents paramètres et d’en faire varier un seul, ici l’intensité lumineuse qui était de 1000 à 2000 lux pour l’éclairage naturel, 170 lux pour l’éclairage artificiel, et 6 lux pour l’éclairage simulant le début de la soirée. C’est durant cette dernière condition de faible éclairage que les 29 sujets de l’expérience, qui avaient été exposés durant six heures à l’intensité lumineuse naturelle (élevée) ou artificielle (faible) deux jours de suite, ont été testés.

Les sujets ayant été exposés à la lumière du jour se sentaient plus alertes au début de la soirée que ceux exposés à la lumière artificielle, et ces derniers devenaient plus somnolents à la fin de la soirée. Détail intéressant, il n’y avait pas de différence dans les performances cognitives durant le premier soir, mais durant le second, les sujets ayant été exposés à plus de lumière ont démontré plus de précision dans les tâches. Et il y avait une corrélation positive entre ceux qui disaient s’endormir le moins et qui performaient le mieux.

Encore une fois, rien pour surprendre, mais des résultats qui montrent clairement que même une brève période d’exposition à plus ou moins de lumière durant deux après-midi peut influencer nos capacités cognitives le deuxième soir. Des données à considérer quand il est question de métiers qui demandent une grande attention pour sa sécurité ou celle des autres, ou encore pour le travail de nuit.

i_lien Let There Be Light: It’s Good for Our Brains
i_lien Does Natural Lighting Make Us More Productive?
a_his Effects of prior light exposure on early evening performance, subjective sleepiness, and hormonal secretion

Dormir, rêver... | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.