Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 29 août 2011
L’échiquier d’Adelson

Les illusions d’optique sont toujours un bon remède pour ceux qui croient que nous percevons le monde « tel qu’il est ». On n’a qu’à penser aux illusions induites par le contexte, où l’on a souvent tendance à enlever et remettre ce contexte plusieurs fois pour se convaincre par exemple que deux lignes sont bien de la même longueur.

Le monde qui s’offre à nos yeux est en effet souvent ambigu et notre système visuel cherche à lui donner du sens en se basant sur des indices récurrents. On connaît aujourd’hui certains de ces indices et lorsqu’on réussit à en accumuler plusieurs dans le même sens, on obtient des illusions d’optique vraiment étonnantes. C’est le cas du célèbre échiquier d’Adelson, où une case perçue comme noire et une autre perçue comme blanche s’avèrent être finalement… du même gris !

Étant donné que tout notre être, logique et rationnel, refuse dans un premier temps d’accepter ce phénomène pourtant bien réel, plusieurs preuves ou démonstrations ont été imaginées pour montrer que les deux gris sont réellement de la même teinte et qu’il n’y a pas de truquage. La dernière en lice est carrément une vidéo de l’installation d’un échiquier d’Adelson géant, éclairé par de véritables projecteurs. On y voit une femme qui déplace sous nos yeux la tuile grise en question d’une case à l’autre, et on la perçoit passer du « blanc » au « noir » tout en étant obligé d’admettre que c’est bien la même tuile !

Tout est bien sûr possible en truquage numérique aujourd’hui, mais connaissant déjà la puissance individuelle de chacune des illusions d’optique qui participent à celle-ci, point n’est besoin de s’encombrer de cette hypothèse compliquée. Notre système visuel n’a simplement pas évolué pour être un bon posemètre; cela ne nous est pas d’une grande valeur adaptative. Sa fonction est de subdiviser l’image en des objets qui ont une signification pour nous, et pour cela, il est d’une efficacité remarquable. Quitte parfois à faire quelques erreurs de « surinterprétation », comme dans le cas des illusions d’optique !

d_lien THIS VIDEO ILLUSION WILL DESTROY YOUR BRAIN
i_lien The squares marked A and B are the same shade of gray

Les détecteurs sensoriels | 1 commentaire


Un commentaire à “L’échiquier d’Adelson”

  1. Mon illusion d’optique préférée, je trouve qu’elle est imparable. C’est toujours celle que j’utilise pour prouver que nous ne percevons pas le monde tel qu’il est. Un coup de photoshop, on découpe une des cases face au sujet et on les rapproche doucement l’une de l’autre.