Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Mardi, 16 août 2011
Cro-magnon toujours en nous

Pourquoi fait-il de la fièvre ? Parce qu’il souffre d’une infection. Pourquoi éprouve-t-elle du dégoût pour les raviolis à la viande ? Parce qu’elle a déjà fait une indigestion avec des raviolis avariés. Pourquoi baisent-ils ? Parce que c’est bon. Voilà des réponses correctes, mais certainement pas complètes. Il leur manque ce qu’il faudrait pour satisfaire un enfant qui insisterait : “Mais pourquoi c’est comme ça ?”

 

Car il nous est toujours plus facile de comprendre nos comportements de manière proximale, c’est-à-dire comme ils sont aujourd’hui, qu’en essayant de les replacer dans la longue marche évolutive qui a mené jusqu’à nous. Pourtant, les explications ultimes que suggère la théorie de l’évolution nous donnent souvent une compréhension plus profonde et plus cohérente des conduites humaines.

 

Voilà pourquoi chaque tentative pour rendre accessible la biologie évolutive mérite d’être soulignée, comme celle de Michel Raymond et de son livre “Cro-magnon toi-même !”. Raymond nous montre, exemples à l’appui, qu’en prenant en compte les différentes forces évolutives (sélection naturelle, mutation, recombinaison, dérive, migration…), on saisit mieux pourquoi des phénomènes comme la fièvre, l’aversion alimentaire ou l’attirance physique menant aux rapports sexuels a pu se mettre en place pour favoriser la survie de l’individu et accroître son succès reproducteur.

 

L’approche évolutive en biologie se définit ainsi davantage par les questions qu’elles posent sur l’origine lointaine des comportements, que par les outils qu’elle utilise ou les espèces qu’elle étudie. En reconsidérant dans une perspective évolutive différents sujets qui nous préoccupent concrètement dans la vie quotidienne (alimentation, reproduction, famille, etc.), on comprend mieux d’où l’on vient et on est en mesure de faire des choix personnels et sociaux plus éclairés. Par exemple, en ce qui concerne les problèmes de santé liés à l’accessibilité en sucre et en gras, incomparable dans nos sociétés modernes par rapport à leur rareté durant toute la durée de l’hominisation.

i_lien Cro-magnon toi-même ! Petit guide darwinien de la vie quotidienne
i_lien Qu’est-ce que la biologie évolutive ?

Le bricolage de l'évolution | 2 commentaires »


2 commentaires à “Cro-magnon toujours en nous”

  1. Chanel Boucher dit :

    « Pourtant, les explications ultimes que suggère la théorie de l’évolution nous donnent souvent une compréhension plus profonde et plus cohérente des conduites humaines.  » Que quoi ? Que les sciences sociales ?

    • Oui, que certaines sciences sociales qui n’intègrent pas encore suffisamment dans leurs explications ces prédispositions qui affectent pourant grandement nos comportements sociaux. Un peu comme si la chimie décidait de ne pas tenir compte des forces électromagnétiques de la physique (qui sous-tendent pourtant toute réaction chimique) sous prétexte que ce n’est pas son niveau ou son domaine…