Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Mardi, 12 juillet 2011
Parler sans aire de Broca

Depuis les observations de Paul Broca dans les années 1860, on sait que le cortex frontal inférieur gauche, aussi appelé « aire de Broca », est fortement impliqué dans nos capacités langagières. D’abord associé à la seule production du langage, son rôle s’est progressivement complexifié. De sorte que les données récentes de l’imagerie cérébrale rendent plutôt caduque la dichotomie initiale d’aire de production et d’aire de compréhension du langage.

Cette vision simpliste est de plus en plus remplacée par une conception plus dynamique du cerveau qui reconnaît des régions spécialisées, mais où les réseaux de neurones sont plus flexibles et peuvent être recrutés selon les exigences de la tâche.

Des études cliniques comme celle réalisée en 2009 par Monique Plaza et son équipe sur le patient « FV » vont par exemple en ce sens. Ce dernier a subi une ablation de tumeur cérébrale qui s’était développée dans une relativement grande région de son hémisphère gauche, incluant son aire de Broca.

La chercheuse a donc évalué ses capacités langagières avant, durant et après l’opération avec des tests standards et d’autres plus précis. Suite aux déficits habituels observés après la chirurgie, FV regagna la plupart de ses fonctions langagières, phénomène difficilement explicable sur la base d’une approche localisationniste traditionnelle. Mais comme la tumeur s’était développée lentement, les chercheurs croient que des régions adjacentes à l’aire de Broca de FV (comme le cortex prémoteur et la tête du noyau caudé) ont eu le temps de  prendre en charge les fonctions détruites au fur et à mesure.

Bien que certains tests aient mis en évidence quelques déficits subtils chez FV (comme l’incapacité de parler du discours d’une autre personne) qui révèlent des failles dans cette plasticité compensatoire, ces résultats confirment tout de même la pertinence d’une conception connexionniste plus dynamique et moins figée du cerveau.

i_lien Speaking without Broca’s area
a_lien Speaking without Broca’s area after tumor resection
a_lien Contrasting acute and slow-growing lesions: a new door to brain plasticity

De la pensée au langage | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.