Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 14 mars 2011
Pourquoi vous n’êtes pas seulement votre cerveau

Dans l’introduction de leur livre de 1991 intitulé The Embodied Mind (en français, L’Inscription Corporelle de l’Esprit, 1993), Francisco Varela, Evan Thompson et  Eleanor Rosch notent que les sciences cognitives, au moment de la publication de leur ouvrage, n’ont pas grand-chose à dire sur ce que signifie « être humain dans les situations concrètes de la vie de tous les jours ».

Cette critique s’adressait directement au paradigme dominant voulant que notre cerveau fonctionne un peu comme un ordinateur, avec input, traitement de l’information, représentation symbolique, output, etc. Au contraire, l’approche que Varela et ses collègues proposent, celle de « l’énaction », montre à quel point notre raisonnement dépend du corps que nous avons et du contexte environnemental dans lequel ce corps est situé. Cette conception « incarnées » de la pensée, implique donc non seulement notre cerveau, mais aussi sa relation dynamique avec le reste de notre corps d’une part, et la relation de ce corps/cerveau en action avec son environnement d’autre part.

Les travaux d’Alva Noë, professeur de philosophie à l’Université de Californie, Berkeley, portent sur la nature de la perception et de la conscience dans cette perspective de l’énaction. Reconnaissant les apports indéniables et nécessaires des neurosciences à la compréhension de l’esprit humain, Alva Noë nous invite cependant à « sortir de nos têtes » (Out of our heads, titre de son ouvrage de 2009) et à saisir l’étroite intrication de nos processus cérébraux avec notre environnement.

Trois conférences d’Alva Noë ainsi qu’une journée d’étude sur ses travaux se déroulent à Montréal (Québec, Canada) les 17, 18 et 19 mars 2011. Tous les détails dans le premier lien ci-bas.

i_lien Détails des conférences du 17 au 19 mars 2011 à Montréal
a_rec Site web d’Alva Noë
i_lien Entrevue en 2009 : You are not your brain
a_lien Entrevue en 2008 : Life is the way the animal is in the world
a_lien Vidéo où il présente son livre « Out of our heads »
a_lien In search of the enactive: Introduction to special issue on enactive experience
d_lien Parlons cerveau

L'émergence de la conscience, Le corps en mouvement | 5 commentaires »


5 commentaires à “Pourquoi vous n’êtes pas seulement votre cerveau”

  1. [...] est la théorie sensorimotrice de la perception proposée par le psychologue Kevin O’Regan et le philosophe Alva Noé permettant d’expliquer le rôle essentiel de la motricité dansla perception. On constate par [...]

  2. [...] est la théorie sensorimotrice de la perception proposée par le psychologue Kevin O’Regan et le philosophe Alva Noé permettant d’expliquer le rôle essentiel de la motricité dansla perception. On constate par [...]

  3. [...] du corps dans lequel il se trouve. Cette conception « incarnée » de la pensée implique que notre cerveau entretient à tout moment une relation dynamique avec le reste de notre corps qui est tout entier immergé, si l’on peut dire, dans son environnement physique et social. [...]

  4. [...] du corps dans lequel il se trouve. Cette conception « incarnée » de la pensée implique que notre cerveau entretient à tout moment une relation dynamique avec le reste de notre corps qui est tout entier immergé, si l’on peut dire, dans son environnement physique et social. [...]

  5. [...] sur laquelle tous les systèmes nerveux sont construits), mais également la cognition, toujours «incarnée». Et due à la complexité de ce corps-cerveau incarné, on n’a pas le choix de se tourner vers [...]